Lire attentivement

Continuer à améliorer la prise en charge thérapeutique des assurés de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) : telle est l’une des missions des plus hautes autorités.

Le chef de l’État avait d’ailleurs déclaré en 2016 : « Je vois toujours ce qui peut être fait pour améliorer le sort de nos compatriotes. La CNAMGS est l’une de nos plus grandes réalisations et il est important que nous veillions à ce que le plus grand nombre de nos compatriotes bénéficient de ce soutien ». Ainsi, tous les trois ans, un examen approfondi de la liste des médicaments remboursables par la CNAMGS a lieu.

Lors de la dernière révision en 2018, 701 nouveaux médicaments, pour la plupart génériques, sont venus s’ajouter aux 1 517 déjà subventionnés. 140 d’entre eux ne répondant plus aux exigences médicales ont été retirés et ne sont plus prescrits par les professionnels de la santé aux assurés. À ce jour, ce sont donc 2 078 médicaments qui sont remboursés à des taux différents par la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale. 

Les objectifs de la révision de la liste

 Les objectifs de la dernière révision de 2018 étaient claires: produire une liste consensuelle actualisée tenant compte des innovations thérapeutiques, promouvoir le médicament générique et revoir les taux de prise en charge des médicaments.

Pour aboutir à des résultats satisfaisants, différents spécialistes de la médecine (psychiatres, pédiatres, gynécologues, cancérologue, gastro-entérologues, etc.) se sont réunis. Ces derniers ont travaillé notamment sur la base, entre autres, de la liste des médicaments 2015, des propositions des sociétés savantes et spécialistes, de la liste des médicaments qui ont été peu ou non prescrits en 2015, la liste des médicaments essentiels en 2016 ou encore celle des médicaments disposant d’une autorisation de mise sur le marché gabonais.

Lors de la révision de 2018, certains médicaments ont été retirés. Il s’agit notamment de ceux ayant une faible efficacité sur les patients, des effets secondaires graves, ou encore des médicaments sous surveillance médicale.

Promouvoir le médicament générique

Les médicaments génériques contiennent les mêmes principes actifs et en même quantité qu’un médicament de marque appelé « princeps ». Leurs propriétés et mode d’emploi sont également identiques.

Avant qu’un médicament générique ne soit mis en vente, il doit obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) délivrée par les autorités de santé. Ainsi, les médicaments génériques répondent aux mêmes critères de qualité et de sécurité que les princeps.

La liste 2018 contient 47% de médicaments génériques. Ils sont aujourd’hui privilégiés par les médecins pour leur rapport qualité prix plus intéressant que le médicament princeps. Il faut également noter que le médicament générique bénéficie d’un taux de remboursement plus élevé que le princeps (80% pour le générique contre 50% pour le princeps).

 La dernière révision aura permis d’élaborer une liste consensuelle qui répondent mieux aux besoins réels de notre système de santé et des assurés. Conformément aux textes en vigueur, la prochaine mise à jour devrait intervenir en 2021.

Partager