Lire attentivement

Le président de la République a nommé Julien Nkoghe Bekale, premier ministre, chef du gouvernement, le 12 Janvier 2019. 24 heures plus tard, par décret du président de la République et sur proposition du premier ministre, le gouvernement a été constitué et réduit à moins de 40 membres.

Le nouveau visage du gouvernement

De nouveaux profils et d’anciennes perssonnalités politiques font leur entrée. C’est le retour à la géopolitique de manière générale. La primature revient à la province de l’Estuaire. Pour réussir sa mission, le chef du gouvernement a ratissé bien au-delà des seuls clivages politiques. On voit des ministres issus du secteur privés, de l’administration centrale, de la majorité mais aussi de l’opposition. La feuille de route est claire : Santé, éducation et social comme priorités pour 2019.

La culture du résultat

Tous les trois mois, les ministres devront justifier de l’impact de leur action sur le quotidien des populations. Le chef de l’Etat est conscient de ce que les populations sont exigentes et attendent des politiques qu’ils développent le Gabon.

moins de promesses, plus d’actions

Ali Bongo Ondimba a instruit l’équipe Nkoghe Bekale de se montrer réalistes. Durant le premier conseil des ministres qu’il a présidé, le 26 Février 2019, le président de la République a demandé à ses ministres moins de promesses et plus d’actions, car c’est ce que les populations attendent d’eux.

La solidarité gouvernementale

Un gouvernement repose sur le principe de solidarité entre ses membres. Le premier ministre disait déjà que les ministres délégués sont des ministres à part entière. ils sont donc comptables au même titre que le ministre titulaire du département ministériel. Ce qui illustre bien la maxime sportive qui veut qu’« on gagne ensemble et on perd ensemble ». Autrement dit, les ministres doivent se soutenir les uns les autres pour mener à bien les missions qui leur ont été confiées par le chef de l’Etat.

L’évaluation à mi-parcours 

Les membres du gouvernement étant soumis à une obligation de résultats, un tour d’horizon à certains moments s’impose. C’est donc tous les trimestres que les ministres feront le point des chantiers et projets en cours au niveau des administrations dont ils ont la charge. Pour parer à d’éventuels retards pour quelques raisons, le chef du gouvernement a obtenu la suppression de la budgétisation par objectif de programme, qui représentait un écueil dans l’exécution des projets non prévus dans le cadre d’un programme. Renforçant ainsi, la mainmise des ministres sur les administrations placées sous leur tutelle.

Pour que l’équipe Nkoghe Bekale atteigne ses objectifs, celui d’améliorer rapidement le quotidien de nos compatriotes, le chef de l’État ne lésine pas sur les moyens. Toutefois, tous les trimestres, ils devront justifier de cette confiance. C’est donc un gouvernement d’actions et de réalisations certaines qui est attendu au pied du mur aussi bien par les populations que par le président de la République ■

Partager