Lire attentivement

Madame le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions Constitutionnelles,

Monsieur le Maire de la commune de Libreville,

Messieurs les Présidents des Confédérations du Patronat et des Travailleurs,

Monsieur le Représentant de la Presse, Monseigneur l’Archevêque Métropolitain de Libreville,

Monsieur le Secrétaire Général de la Présidence de la République,

Distingués Invités,

Mesdames et Messieurs,

 

Au seuil de cette nouvelle année, je voudrais vous remercier vivement, pour les vœux multiformes que vous venez de prononcer à mon endroit, à celui de la Première Dame et de ma famille.

L’année 2020 restera dans les annales de notre pays. Elle aura été difficile, et particulièrement éprouvante sur tous les plans, pour nos compatriotes comme pour vous toutes et tous ici, qui incarnez l’élite de notre Nation.

Mais, et comme je l’ai indiqué dans mon discours de vœux à la Nation du 31 décembre, j’y ai puisé un surcroit d’optimisme.

En effet, durant l’année écoulée, l’Etat gabonais a démontré toute sa capacité de résistance. Qu’il se soit agi de riposter sur le plan sanitaire à la pandémie de la covid19 ou de conduire les destinées de notre pays dans la tourmente que notre économie a connue, à l’instar de tous les autres états du monde.

Si l’Etat, notre Etat a su faire preuve de résistance, la Nation, elle a su faire preuve de résilience. Nous ne serions pas parvenus à maitriser cette pandémie sans l’acceptation et la compréhension par nos populations des mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence.

Aujourd’hui, je constate avec satisfaction que les résultats sont là. Sur le plan sanitaire, le Gabon est considéré en Afrique comme l’un des pays les plus efficaces en matière de riposte face à la Covid-19.

Sur le plan économique, les perspectives d’un retour à la croissance sont réelles comme le montrent de multiples indicateurs.

De surcroit, l’arrivée tout prochainement d’un vaccin anti-Covid constitue une excellente nouvelle pour nous tous et fait que mon optimisme est en réalité un pragmatisme.

Distingués Invités,

Mesdames et Messieurs,

Si, au cours de l’année 2020, nous avons pu et su faire face, collectivement, à l’exceptionnel, sur le plan sanitaire comme sur le plan économique, c’est aussi grâce à vous. Vous qui avez choisi de consacrer votre vie au service public, c’est-à-dire au service de vos compatriotes.

Je sais pouvoir compter, au cours de cette année, sur chacune et chacun d’entre vous pour relever le plus important des défis : celui de relancer toutes les activités mises à l’arrêt dans notre pays du fait de cet ennemi invisible, et remettre ainsi le Gabon sur la voie du développement.

Pour y parvenir, nous devons créer ensemble les conditions d’une croissance économique plus inclusive et plus durable sur le plan environnemental, poursuivre le redressement de nos comptes publics et moraliser davantage encore la vie publique pour une meilleure orthodoxie.

N’oubliez pas que les temps changent. Que le Gabon change aussi. Nous avons encore plus aujourd’hui, vis-à-vis de nos concitoyens, un devoir d’exemplarité et de probité absolu. Tout comme un devoir d’efficacité.

Ces exigences, ces attentes valent pour l’ensemble de l’administration mais plus encore pour le Gouvernement. Le Gouvernement qui a un devoir renforcé d’efficacité pour répondre aux attentes prioritaires de nos concitoyens, en matière d’emploi, d’éducation, de santé, de pouvoir d’achat, d’accès à l’eau et à l’électricité, de transports.

Le Gouvernement qui a un devoir d’exemplarité et de probité et dont les membres devront rendre compte régulièrement de leur action devant nos concitoyens. C’est le sens de l’annonce que j’ai faite dans mon discours des vœux du 31 décembre.

Mesdames et Messieurs,

Notre Etat n’est pas simplement fort de son gouvernement et de son administration. Il est également fort de ses institutions. Des institutions qui ont démontré toute leur solidité pour nous permettre de traverser les épreuves difficiles que nous avons subies.

Pour être fortes, nos institutions doivent résolument être consolidées, en permanence. C’est d’ailleurs la condition sine qua non de leur stabilité.

Car le contexte change et il nous faut savoir nous adapter. Et pour prendre une métaphore : si le toit, que l’on pensait étanche, est ébréché, alors il faut rapidement le réparer.

C’est tout le sens des ajustements constitutionnels que vient d’adopter le Parlement réuni en Congrès, à une très forte majorité. Signe d’un large consensus qui se dégage sur ces questions.

Nos institutions en sortent bien évidemment renforcées. Notre vie démocratique revigorée.

Préciser les conditions de la vacance du pouvoir en fixant des règles claires et sûres, c’est permettre à notre pays de parer à toute éventualité dans les meilleures conditions. Ne pas le faire aurait été irresponsable car « Gouverner, c’est prévoir ».

De même, préciser le statut pénal du chef de l’Etat, ce n’est pas lui garantir une impunité. C’est au contraire clarifier les conditions dans lesquelles celui-ci doit, le cas échéant, répondre de ses actes en toute transparence. Il s’agit, là aussi, d’une salutaire avancée.

Enfin, nommer certains sénateurs, c’est offrir au Sénat, et par extension au Parlement, la possibilité d’un surcroit de compétence et d’expérience dans des domaines sur lesquels le Pouvoir Législatif est appelé à se prononcer.

Je terminerais en soulignant que ces précisions, utiles et nécessaires pour notre Pays, ne sont pas des inventions. Elles existent ailleurs dans le monde, en particulier dans les plus grandes démocraties.

Distingués Invités,

Mesdames et Messieurs,

Vous m’avez adressé vos bons vœux pour la nouvelle année. A mon tour de vous présenter les miens. Je vous souhaite personnellement, à chacune et à chacun, une bonne et heureuse année 2021.

Que celle-ci vous apporte le meilleur à vous et à votre famille.

Que Dieu bénisse le Gabon.

Je vous remercie.

Partager