Lire attentivement

Bibaye Itandas passe le flambeau à Olame Ndong

 

Delphine YARI et Willy NDONG ONDO

 

L’Etat major général des forces armées a désormais un nouveau chef. La cérémonie de passation de commandement, placée sous la présidence de Son Excellence Ali Bongo Ondimba, chef suprême des forces de défense, est l’occasion de rappeler à chacun les principes directeurs d’une armée en OR (opérationnelle et républicaine).

Le chef de l’Etat gabonais, précurseur de ce concept, rappelle constamment ce devoir, certes contraignant mais noble, qui incombe aux forces de défense de notre pays d’accomplir au mieux leurs missions qui sont, entre autres, de faire régner la paix et garantir la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Dans ce sens, la hiérarchie est tenue de veiller à ce que les hommes habillés gardent constamment à l’esprit l’exigence de la responsabilité. Une attitude, ainsi que le rappelle régulièrement le chef suprême des forces de défense, dont doit s’imprégner le soldat au quotidien, qu’il soit officier supérieur ou agent subalterne. Car le militaire qui accomplit sa mission avec probité et abnégation envoie des signaux rassurants à l’adresse des populations qui éprouvent un besoin vital de se sentir en sécurité.

 

La cérémonie de passation de commandement, présidée ce lundi 4 juin par le chef de l’Etat, n’a donc pas dérogé à la règle. En présidant cet important événement, Ali Bongo Ondimba montre combien il attache du prix à ce que les hommes en armes soient exemplaires dans l’action, responsables dans leurs engagements et fidèles à la Patrie.

 

Le message du Président de la République, lors des vœux de l’année 2018, en est d’ailleurs l’une des illustrations : « Un soldat au corps sain et à l’esprit sain est un soldat apte au combat. Ce n’est que dans ces conditions que les éléments des forces de défense feront preuve d’exemplarité… Je ne veux plus entendre parler de certains comportements et pratiques dans nos rangs… »

 

Être une armée opérationnelle et républicaine signifie donc que nos forces de défense doivent être aptes à répondre, en tout temps et en tout lieux, lorsque la situation l’exige, lorsque les événements l’imposent. C’est pourquoi les officiers qui assument la lourde responsabilité de diriger l’armée sont désormais tenus de jurer sur l’honneur de se mettre au service de la Nation.

C’est à ce rituel de prestation de serment que s’est soumis le nouveau commandant de l’Etat-major gabonais des forces armées (CEMGFA). Ferdinand Olame Ndong, général de corps d’Armée, a juré de défendre la Patrie et l’Etat de droit, de remplir consciencieusement les devoirs de sa charge, dans le strict respect de ses obligations de loyauté et de fidélité à l’égard du chef de l’Etat. Lequel a pris acte et renvoyé le promu à l’exercice de ses fonctions.

 

Et si le flambeau est bien passé de Bibaye Itandas à Olame Ndong, l’ordre reste rigoureusement le même : une armée gabonaise en OR.

Partager