Lire attentivement

Il est d’usage aujourd’hui, dans le concert des Nations, que la réputation et l’image des pays se construisent non pas sur des champs de guerre à travers des batailles rangées, mais davantage par le biais de performances réalisées sur des terrains de sports. Des performances glanées dans différentes compétitions régionales voire à plus grande échelle, sont portées à la face du monde par une déferlante médiatique de plus en plus significative.

Déterminé à inscrire le Gabon dans cette dynamique, en vue d’en faire un pôle sportif de référence dans la sous-région et sur le continent, le Président de la République, chef de l’État, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA a mis en place un certain nombre de réformes pour redessiner les contours de la politique sportive gabonaise. Une nouvelle politique adossée sur un état des lieux sans concession fait par des experts et praticiens du sport gabonais.

Pour ce faire, les principaux axes de l’offre de politique sportive nationale édictée par le président de la République, ont été réalisés par les différents gouvernements qui se sont succédés depuis son accession à la magistrature suprême en 2009.

Construction et développement des infrastructures sportives

Ayant fait le constat de l’insuffisance des plateaux sportifs, cadre par excellence d’expression et d’éclosion des talents, le chef de l’État, surfant sur les acquis de la CAN séniors 2012 et les promesses de l’organisation intégrale des CAN cadets et séniors 2017, s’est engagé à doter notre pays d’infrastructures sportives, nouvellement construites ou réhabilitées. Le Gabon devient ainsi une destination sportive de choix en matière d’accueil et d’organisation des événements sportifs majeurs sur le continent.

On pense notamment aux stades d’Angondjé, de Port-Gentil, d’Oyem et de Franceville ; et plus récemment au palais des sports de Libreville qui a servi de cadre à la 12ème Coupe d’Afrique des Nations séniors Hommes de Handball. A celles-ci, s’ajoutent d’autres manifestations sportives d’envergure internationale telles que la Tropicale AMISSA BONGO, le Marathon du Gabon et ses dérivés que sont : les dix (10) kilomètres de Port-Gentil et de Franceville. Aux dirigeants sportifs et à la tutelle, d’imaginer à la fois un ambitieux programme d’utilisation rationnelle et d’entretien, ainsi que des stratégies visant à rentabiliser lesdites installations qui ne demandent plus qu’à être exploitées. Le ton est donc ainsi donné.

Financement du sport et partenariats public-privé

Dans sa vision, le président de la République appelle donc à un changement de paradigme dans le modèle économique en matière de financement du sport au Gabon. Dans ce sens, il exhorte à des synergies entre les différents acteurs et agents économiques intéressés, dans un cadre administratif et juridique qui favorise le côté gagnant-gagnant. La signature de la convention entre le Ministère en charge des Sports et la société Gabon Oil Company pour l’accompagnement de la Ligue Nationale de Football Professionnel (LINAFP), National Foot Professionnel première et deuxième divisions et les Jeux de l’OGSSU, participe de cette volonté de donner une suite diligente aux orientations du chef de l’État.

Le renforcement des capacités du Fonds National pour le Développement du Sport (FNDS), à travers les droits d’accises, paraît aux yeux du Président de la République comme un des instruments essentiels au service du financement du sport. Heureux de constater que son rôle sera davantage consolidé au sein de l’Office National du Sport (ONS) récemment institué.

Le renouvellement des élites sportives et l’encadrement des sportifs de haut-niveau

Le chef de l’État repositionne le sportif au cœur de toutes les stratégies, en mettant un accent tout particulier sur la détection, la formation et l’encadrement des jeunes talents, où qu’ils se trouvent à travers le territoire national. La remise en selle des Jeux de l’OGSSU et les plateaux sportifs qui ont vu le jour ici et là, participent de cette dynamique et facilitent le travail de détection et d’encadrement des jeunes pousses chez les dirigeants sportifs. Ne pas saisir la balle au bond signifierait à réduire à néant tous les efforts et sacrifices consentis par le contribuable et entraver la démarche imprimée par nos autorités. De fait, penser à la relève commande dans le même temps de soigner le présent, en étant au chevet des sportifs de haut-niveau, qui portent sur leurs épaules l’image et la fierté de toute la Nation Gabonaise. Ils ont aujourd’hui pour noms : Anthony OBAME, Pierre Emérick AUBAMEYANG, Sarah MAZZOUZ, Taylor MABICKA, Ruddy ZANG MILAMA, Géraldine ROBERT, Yannick AUBIANG et les belles promesses du tennis dames entretenues par Célestine AVOMO ELLA et Manuela Marie Lisa NYONDA, etc.

En considération de ce qui précède, il y a lieu de reconnaître qu’en matière de sport les lignes bougent. Le cap est ainsi fixé par le Président de la République, à travers la vision et les orientations contenues dans sa politique sportive et explorées dans la présente tribune. Toutes ces réformes ont donc pour objectif principal de faire retentir l’hymne national au-delà de nos frontières, dans les plus grands rendez-vous en Afrique et dans le monde afin de faire du Gabon une Nation de sport. Car, « Participer pour participer, c’est terminer. Maintenant, nos sportifs, nos athlètes et nos sélections nationales doivent aller en compétition pour gagner et ramener des trophées », avait déclaré le chef de l’Etat, Son Excellence Ali Bongo Ondimba.

 

 Par Mme Graciella Alida MOUANGA BIGNOUMBA

Conseiller Spécial du Président de la République

Chef de Département Culture, Sports et Loisirs

Partager